Omphalos de Delphes et de Claros, par Marguerite Champeaux-Rousselot ( 2012)

Delphes et Claros sont les deux endroits où se trouvent  les trois omphalos  connus dans des sanctuaires grecs. Omphalos  fait au pluriel en grec omphaloi, (prononcer omphaloï ) mais on ne le dit pas couramment…  Ces trois omphaloi ne doivent surtout pas être confondus avec  les omphaloi  nettement plus petits qu’on trouve  dans les maisons ou sur les tombes, ( par exemple à Délos) c’est à dire dans des lieux privés  où ils ont une valeur  symbolique de protection, de guérison  ou d’espoir.

Les trois omphaloi de grande taille ( entre 50 cm et 1 m de haut ) n’ont pas du tout la même valeur entre eux ni la même fonction et ne doivent pas être confondus, quoiqu’ils se trouvent tous les trois dans des sanctuaires d’Apollon, point commun intéressant.  

  – à Delphes ( aujourd’hui Delphoi, Delphi ou Delfi) , le plus connu aujourd’hui mais qui n’est qu’une représentation d’un autre, plus ancien, « fondateur » ou originel ,   est celui communément appelé l’omphalos de marbre de Delphes.  Il se trouvait dans le sanctuaire, non loin du Temple d’Apollon, bien en vue :  à une quinzaine de mètres  tout en haut de la colonne dite « des Danseuses », ou « à feuilles d’acanthe », et était déposé sur un trépied. Il est en marbre blanc, de forme ogivale mousse, orné de bandelettes ( signes de vénération  pour les objets sacrés) sculptées dans la masse, et devait comporter en son sommet  un ornement. Colonne et omphalos de marbre sont visibles dans le  superbe Musée de Delphes,  mais le trépied est perdu. On suppose que la date correspond à la colonne  qui a été érigée au IV° siècle. Il a été très étudié en particulier par des équipes françaises  dont les travaux sont visibles sur internet ( Pierre Amandry,  Jean-Luc Martinez, Didier Laroche   en particulier, de l’Ecole Française d’Athènes ). Le site de Delphes est sous la responsabilité de Mme Anastasia Psalti ( Etat grec) .    

à Delphes, il existe aussi un autre omphalos  qui est en pierre locale grise polie, ne comporte pas de représentations d’ornements du tout et a une forme plutôt de pyramide conique. Son sommet un peu aplati  semble destiné également à porter quelque chose,  –  à moins que cela ne relève que d’un accident, ce qui est peu probable. Il est actuellement visible dans le sanctuaire, en plein air. Est-ce l’omphalos originel ? On ne le sait pas encore, mais des travaux de recherche sur la forme des temples qui se sont succédé à Delphes et sur les premières allusions et représentations de l’omphalos à Delphes,  permettront peut-être  d’y voir plus clair un jour.

à Claros ( ou Klaros) , se trouve le troisième grand omphalos,  en pierre locale, en forme d’obus arrondi, et avec un trou de fixation au sommet pour quelque chose qui est perdu.  Il ne comporte aucune représentation d’ornement à notre connaissance. Quand le temple a été  fouillé, L. Robert l’a trouvé dans la salle où se rassemblaient les consultants de l’oracle, ce qui est un renseignement très  important, alors qu’on ne sait pas encore où se trouvait l’omphalos originel de Delphes : or leur place est un indice intéressant pour comprendre ce qu’ils signifiaient. Cet omphalos n’est pas visible pour le public momentanément. La recherche se fait sous la responsabilité de Mme le Professeur Nuran Sahin ( Etat turc),  et les équipes de fouilleurs  et les études sont menées par Jean-Charles Moretti, de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, à Lyon,   dont des travaux sont également accessibles sur Internet.        

Les deux omphaloi  ( celui de Delphes et celui de Claros ) qui sont sans aucun ornement sculpté, et qui sont isolés de tout contexte et  sans inscription, sont très difficiles à dater !

Les autres textes  étant des poèmes, des tragédies, des inscriptions de comptes etc. ne situant pas très précisément l’omphalos, voici les deux textes grecs les plus scientifiques décrivant la place de ce qu’on appelait  « l’omphalos  de Delphes » :

–  Strabon (63 av-19 ap. J.-C.), n’est pas venu à Delphes et n’a pas vu par lui-même, mais il écrit au chapitre IX, 3, 6 et 7  de sa Géographie :

 Δείκνυται δὲ καὶ ὀμφαλός τις ἐν τῷ ναῷ τεταινιωμένος καὶ ἐπ᾽ αὐτῷ αἱ δύο εἰκόνες τοῦ μύθου.

 Et un certain omphalos se montre dans le temple, entouré de bandelettes et sur lui, les deux effigies  du mythe.

(Trad. Marguerite Champeaux-Rousselot)

Pausanias ( env. 115-180 ap. J.-C.  ) est venu lui-même,  mais n’a pas été assez précis  dans ses informations  pour nous situer clairement l’omphalos dont il parle livre X ( sur la Phocide ) chapitre XVI, 3 de sa Description  :

Τὸν δὲ ὑπὸ Δελφῶν καλούμενον Ὀμφαλὸν λίθου πεποιημένον λευκοῦ, τοῦτο εἶναι τὸ ἐν μέσῳ γῆς πάσης αὐτοί τε λέγουσιν οἱ Δελφοὶ καὶ ἐν ᾠδῇ τινι Πίνδαρος ὁμολογοῦντά σφισιν ἐποίησεν.

“L’Omphalos, appelé ainsi par les Delphiens, fait en pierre blanche/brillante, c’est cela qui est le point au milieu de toute la terre, disent les Delphiens eux-mêmes, et dans un certain hymne, Pindare  a écrit  quelque chose qui le leur reconnaît.”


(Trad. Marguerite Champeaux-Rousselot)

Attention  ! l’omphalos de Delphes a été clairement séparé, par Pausanias,  de la Pierre de Kronos ( ou Cronos ) à Delphes elle aussi  : à son époque en tout  cas, il déclare qu’ils sont à deux endroits différents du même sanctuaire. ( voir l’article à ce sujet  sur le site  1-360.net )

Marguerite  Champeaux-Rousselot

2012-02-20

Comment citer cet  article :

CHAMPEAUX-ROUSSELOT Marguerite : Les deux Omphalos de Delphes et l’omphalos de Claros. 2012-02-20. site http://www.1-360.net Grèce antique.