L’acte interprétatif et les oeuvres littéraires, cinématographiques, picturales, etc. 5-6 avril 2012 69007 LYON

L’acte interprétatif et les oeuvres littéraires,

cinématographiques, picturales, etc.

5-6 avril 2012

Salle Caillemer – 15 quai Claude Bernard – 69007 Lyon

UNIVERSITE LYON 3 JEAN MOULIN

Colloque organisé par l’équipe Marge – CEDFL de l’Université Lyon 3

Jean-Pierre Esquenazi, Marc Hersant

 

1. Théorie générale de l’interprétation : jeudi 5 avril, matinée

PRESIDENT DE SEANCE : Jean-Pierre Esquenazi

9h 30 : Accueil et présentation

9h 45 : Jean-Marie PRIVAT (Université de Metz), « Transactions énonciatives et anthropologie de l’échange fictionnel ».

10h 15 : Fabien Pillet (Université de Genève), « Va-t-on vers une réconciliation interprétative entre herméneutique et cognitivisme ? »

10h 45 : PAUSE

11h : Pierre le Quéau (Université de Grenoble), « La forme de l’interprétation ».

11h 30 : Mathilde Labbé (Université Paris Sorbonne), « Activité responsive et construction d’un lecteur modèle par des lecteurs réels. »

12h : Bruno Péquignot (Université Sorbonne Nouvelle), « Mémoire et interprétation ».

2. Dynamiques interprétatives : jeudi 5 avril, après-midi

PRESIDENT DE SEANCE : André Petitat

14h 30 : Samuel Lelièvre (CNRS), «De l’interprétation au cinéma. Perspectives ‘herméneutiques’ selon Dudley Andrew ».

15h: Yvonne Neyrat (Université de Grenoble), « Le regardeur et le tableau : une rencontre étonnante ».

15h 30: PAUSE

15 h 45: Améle Bernazzani (Université de Tours), « La répétition formelle au fondement de l’acte interprétatif dans la peinture de la Renaissance italienne. »

16h 15: Pascale Ancel (Université de Grenoble), « Les jeux de la réception. Deux expositions d’histoire et de société au regard des interprétations ».

16h 45: Julien Péquignot (Université Sorbonne Nouvelle), « Naissance et histoire d’une pluralité interprétative. Le cas du clip musical. »

3. L’acte de lecture et la question de l’interprétation : vendredi 6 avril, matinée

PRESIDENT DE SEANCE : Michèle Bokobza-Kahan

9h : Jean-Paul Fourmentraux (Université de Lille 3), « Public(s) à l’oeuvre. Art numérique et médias praticables ».

9h30 : Marc Hersant (Université Lyon 3), « Qu’est-ce qu’interpréter un texte ancien ? Débats théoriques autour des études littéraires sur l’Ancien Régime ».

10h : Mohamed Saki (Université de Bretagne), « Communauté interprétative et cheminement interprétatif dans la préface de In Morocco D’Edith Wharton » ?

10h 30 : Gaëlle Théval (Université Sorbonne Nouvelle), « « Ce sont les regardeurs qui font les tableaux » (Duchamp)… et les lecteurs le poème ? La place de l’acte interprétatif dans le poème ready-made ».

11h : PAUSE

11h 15 : Jean-Pierre Esquenazi (Université Lyon 3), « Le texte fictionnel comme paraphrase ».

11h 45 : Bruno Trentini (Université Paris 1), « La complexité causale de l’interprétation d’une oeuvre ».

12h 15 : Chloé Le Meur (Ens Lyon), « Bourdieu et Foucault, lecteurs de Baudelaire. L’interprétation comme actualisation par l’anthropologie historique et la reconstitution de l’éthique auctoriale ».

4. L’écran et la scène : Vendredi 6 avril, après-midi

PRESIDENT DE SEANCE : Marc Hersant

14h 15 : Eric Vautrin (Université de Caen), « Les enjeux d’un possible ‘brouillage’ dans le théâtre contemporain ».

14h 45 : Catherine Bouko (Université libre de Bruxelles), « Cadres et contraintes, ou l’approche systémique de la réception théâtrale postdramatique ».

15h 15 : Chloé Delaporte (Université Sorbonne Nouvelle), « Biopics, westerns et screwballcomedies : les genres cinématographiques comme actes interprétatifs ».

15h 45 : PAUSE

16h : Pascal Génot (Université de Corse), « Interprétation polémiste et lutte des représentations : à propos des films Un prophète et Hors-la-loi ».

16h 30 : Corinne Giordano (Université de Montpellier), « Cyrano de Bergerac de l’oeuvre théâtrale à l’écran : une question de réception interactive ? ».

17h : Natacha Guyot (Université Paris 3), Fan Vidéos ‘Alternate Universe’: réinterprétation des sources médiatiques.

17h 30 : Laurent Jullier (Université Sorbonne Nouvelle), « Mélodrames et contrôles de l’interprétation par le plaisir spectatoriel ».