Dette publique : les autruches contre les Cassandre. ( 2013-01-13)

Dette publique : les autruches contre les Cassandre. ( 202-01-13)

D’après le compteur de la dette publique dans le monde, http://cluaran.free.fr/dette.html

Voici, au 13 janvier 2013,  en dollars,  la dette par personne ( y compris les bébés) vivant dans un pays,  pour 11 pays qui m’intéressent particulièrement, mais tous les autres sont disponibles, et l’on peut voir sur ce site très intéressant  les compteurs tourner :

 

Italie  40 000    dollars de  dette par personne ( y compris les bébés)

France  36 000    dollars de  dette par personne ( y compris les bébés)

USA  36 000    dollars de  dette par personne ( y compris les bébés)

Grèce  35 000    dollars de  dette par personne ( y compris les bébés)

Allemagne  34 000    dollars de  dette par personne ( y compris les bébés)

Espagne  21 000    dollars de  dette par personne ( y compris les bébés)

Turquie  4 285    dollars de  dette par personne ( y compris les bébés)

Estonie  1 315    dollars de  dette par personne ( y compris les bébés)

Russie  1 177    dollars de  dette par personne ( y compris les bébés)

Chine  1 000    dollars de  dette par personne ( y compris les bébés)

Algérie  433   dollars de  dette par personne ( y compris les bébés)

 

Il y a de quoi méditer…

– on ne prête qu’aux riches  et surtout aux gros riches ( c’est pourquoi certains pays très endettés comme la France trouvent encore à emprunter … car ils sont plus riches que d’autres et semblent solvables aux banquiers qui ne savent plus à qui prêter, mais ces pays augmentent ainsi encore leur dette…  )

– certains pays ont réussi à se développer sans endetter leurs citoyens

– d’autres probablement ne trouvent personne  pour leur prêter

– d’autres qu’on croyait  prêts à supplier pour entrer en Europe pour bénéficier de ses largesses sont dans une position meilleure que bien des pays européens et n’ont plus guère envie d’y entrer.

– les pays considérés comme plus riches ne remboursent pas la dette des plus pauvres, mais leur prêtent  ( avec des intérêts productifs ! ) … de quoi rembourser leurs dettes… A qui cela profite-t-il surtout ?

– la crise a touché d’abord les petits pays plus faibles, mais quand elle touchera les grands, que va-t-il se passer ?!! Leurs dettes de ces pays soi-disant riches, qui sont très élevées par personne, sont évidemment bien plus grandes en volume que celle de petits pays, surtout si leur population est plus nombreuse. On a pu un peu aider des pays petits, mais, quand il s’agira des grands, qui les aidera ? Comment fera-t-on ?

Ce qui est frappant aussi, c’est que tous les pays du monde ou presque sont en déficit : alors qui sont les créditeurs ?   Cette question est fondamentale : elle renvoie au fond du problème. Les uns disent qu’il y a une grande part de blanchiment, – si c’est vrai, que dire des paradis fiscaux et autres secrets bancaires , y compris dans des pays riches -,  les autres que ce sont des fonds de pension car les retraités veulent vivre mieux, ou des actionnaires qui réclament de plus grands bénéfices, ou des banques qui se développent…

Moi, je n’ai pas la réponse.

Ce que je sais c’est que les Etats ont vécu en s’endettant, et que cela a été fait sans penser au long terme, parfois pour plus de justice, mais aussi parfois simplement  pour faire plaisir aux citoyens et leur donner l’illusion de l’aisance…

Ce que je sais c’est que le bon sens  a été bafoué par certains théoriciens diplômés qui reconnaissent trop tard qu’ils se sont trompés.

Ce que je sais c’est que des autruches encore aujourd’hui se moquent des Cassandres  qui leur disent qu’ils courent au gouffre, sans se rappeler que Cassandre voyait juste et que  les autruches, une fois qu’elles ont levé la tête du sable, s’aperçoivent soudain qu’elles se sont fait ridiculement et définitivement plumer le derrière et n’ont plus que leurs yeux pour pleurer.

J.-M. Duthuy