L’acrostiche de FAMIGLIA ( FAMILLE), par le pape François  ( 2015)  

 

Dans son discours de clôture du Synode sur la Famille, le 24 octobre 2015, le pape François évoque les cœurs fermés qui souvent se cachent jusque derrière les enseignements de l’Église ou derrière les bonnes intentions pour s’asseoir sur la cathèdre de Moïse et juger, quelquefois avec supériorité et superficialité, les cas difficiles et les familles blessées…...

Le lien pour la lire est ci-dessous, mais ici nous vous transcrivons en direct la note 8 qui nous a fait réfléchir  avec le sourire !!

 

« Une analyse acrostiche du mot italien « famiglia» ( la famille )  nous aide à résumer la mission de l’Église en vue de :

Former les nouvelles générations à vivre sérieusement l’amour, non avec une visée individualiste basée seulement sur le plaisir et sur l’« utilise et jette », mais pour croire de nouveau à l’amour authentique, fécond et perpétuel, comme l’unique voie pour sortir de soi ; pour s’ouvrir à l’autre ; pour s’arracher de la solitude ; pour vivre la volonté de Dieu ; pour se réaliser pleinement ; pour comprendre que le mariage est l’ « espace où se manifeste l’amour divin ; pour défendre la sacralité de la vie, de toute vie ; pour défendre l’unité et l’indissolubilité du lien conjugal comme signe de la grâce de Dieu et de la capacité de l’homme d’aimer sérieusement » (Homélie de la Messe d’ouverture du Synode, 4 octobre 2015 : L’Osservatore romano, 5-6 octobre 2015, p. 7) ; et pour valoriser les cours pré-matrimoniaux comme opportunité d’approfondir le sens chrétien du Sacrement de mariage.

Aller vers les autres parce qu’une Église fermée sur elle-même est une Église morte ; une Église qui ne sort pas de son propre enclos pour chercher, pour accueillir et pour conduire chacun vers le Christ est une Église qui trahit sa mission et sa vocation.

Manifester et répandre la miséricorde de Dieu aux familles qui sont dans le besoin ; aux personnes abandonnées, aux personne âgées délaissées ; aux enfants blessés par la séparation des parents ; aux familles pauvres qui luttent pour survivre ; aux pécheurs qui frappent à nos portes et à ceux qui sont loin ; à ceux qui sont plus ou moins habiles et à tous ceux qui se sentent blessés dans leur âme et dans leur corps et aux couples déchirés par la douleur, la maladie, la mort ou la persécution.

Illuminer les consciences, souvent environnées par des dynamiques nocives et subtiles, qui cherchent même à se mettre à la place de Dieu créateur. Ces dynamiques doivent être démasquées et combattues dans le plein respect de la dignité de toute personne.

Gagner et reconstruire avec humilité la confiance en l’Église, sérieusement diminuée à cause des comportements et des péchés de ses propres enfants. Malheureusement, le contre-témoignage et les scandales commis à l’intérieur de l’Église par quelques clercs ont atteint sa crédibilité et ont obscurci l’éclat de son message salvifique.

Travailler [Lavorare] intensément pour soutenir et encourager les familles en bonne santé, les familles fidèles, les familles nombreuses qui malgré les fatigues quotidiennes continuent à donner un grand témoignage de fidélité aux enseignements de l’Église et aux commandements du Seigneur.

Imaginer une pastorale familiale renouvelée qui se base sur l’Évangile et respecte les diversités culturelles. Une pastorale capable de transmettre la Bonne Nouvelle dans un langage attrayant et joyeux et d’enlever des cœurs des jeunes la peur d’assumer des engagements définitifs. Une pastorale qui prête une attention particulière aux enfants qui sont les vraies victimes des déchirures familiales. Une pastorale innovante qui mette en œuvre une préparation adaptée au Sacrement du mariage et qui arrête les pratiques en vigueur qui souvent soignent plus l’apparence d’une formalité qu’une éducation à un engagement qui dure toute la vie.

Aimer sans condition toutes les familles et en particulier celles qui traversent un moment de difficulté. Aucune famille ne doit se sentir seule ou exclue de l’amour et de l’accolade de l’Église. Le vrai scandale c’est la peur d’aimer et de manifester concrètement cet amour. »

 

N’est-ce pas un bon pense-bête ?

 

 

 

L’intervention au complet avec ce lien :

https://synodequotidien.wordpress.com/textes-du-synode/textes-de-cloture/discours-de-cloture/