La Pierre de Kronos (ou Cronos) à Delphes (à bien distinguer de l’omphalos de Delphes)

La Pierre de Kronos ne doit pas être confondue avec l’omphalos de Delphes .

Pausanias ( env. 115-180 a. J.-C.  ) est venu lui-même sur place et situe l’omphalos non loin  du temple ou dans le temple    dans  sa Description ( livre X , sur la Phocide, chapitre XVI, 3)  :

Τὸν δὲ ὑπὸ Δελφῶν καλούμενον Ὀμφαλὸν λίθου πεποιημένον λευκοῦ, τοῦτο εἶναι τὸ ἐν μέσῳ γῆς πάσης αὐτοί τε λέγουσιν οἱ Δελφοὶ καὶ ἐν ᾠδῇ τινι Πίνδαρος ὁμολογοῦντά σφισιν ἐποίησεν.

“L’Omphalos, appelé ainsi par les Delphiens, fait en pierre blanche/brillante, c’est cela qui est le point au milieu de toute la terre, disent les Delphiens eux-mêmes, et dans un certain hymne, Pindare  a écrit  quelque chose qui le leur reconnaît.”

(Trad. Marguerite Champeaux-Rousselot)

 

Quant à la pierre de Kronos, elle en est bien distincte puisque Pausanias qui est venu à Delphes la voit vers  la limite Nord Est du péribole : il en parle Livre X, sur la Phocide,  chapitre XXIV, 6 :

Ἐξελθόντι δὲ τοῦ ναοῦ καὶ τραπέντι ἐς ἀριστερὰ περίβολός ἐστι καὶ Νεοπτολέμου τοῦ Ἀχιλλέως ἐν αὐτῷ τάφος· καί οἱ κατὰ ἔτος ἐναγίζουσιν οἱ Δελφοί. Ἐπαναβάντι δὲ ἀπὸ τοῦ μνήματος λίθος ἐστὶν οὐ μέγας· τούτου καὶ ἔλαιον ὁσημέραι καταχέουσι καὶ κατὰ ἑορτὴν ἑκάστην ἔρια ἐπιτιθέασι τὰ ἀργά· ἔστι δὲ καὶ δόξα ἐς αὐτὸν δοθῆναι Κρόνῳ τὸν λίθον ἀντὶ τοῦ παιδός, καὶ ὡς αὖθις ἤμεσεν αὐτὸν ὁ Κρόνος.

«  En sortant du temple et en tournant à gauche, il y a une enceinte et dans celle-ci, le tombeau de Néoptolème, fils d’Achille ; les habitants de Delphes lui rendent chaque année des honneurs funèbres comme à un héros. En continuant en montant depuis ce mémorial, il y a une pierre, pas très grande : et tous les jours ils versent de l’huile dessus, et  à chaque fête ils l’enveloppent de laine crue. Il y a aussi une croyance  à son sujet : la pierre aurait été donnée à Kronos  à la place d’un enfant, ( il la dévora, s.e.  ) et de même en sens inverse Kronos la vomit ensuite. » (Trad. Marguerite Champeaux-Rousselot)

Ainsi ces deux pierres, selon le témoignage de  Pausanias,  étaient bien différentes: leur emplacement, leur histoire, leur fonction  étaient différentes.

 

Marguerite Champeaux-Rousselot

Comment citer cet article :

CHAMPEAUX-ROUSSELOT Marguerite  : La Pierre de Kronos ( ou Cronos)  à Delphes ( à bien distinguer de l’omphalos de Delphes) ,  2012, publié sur 1-360.net