« Liturgie » et « clerc » : étymologie et histoire

Le sens étymologique et l’histoire de des mots "liturgie" et "clerc" sont nourrissants pour notre aujourd'hui, car ils éclairent les textes théoriques fondant la liturgie. Ce qui a tout son intérêt dans la recherche sur la "synodalité" et dans la perspective du Synode convoqué par le Pape François en 2022.

Des leçons vitales inattendues à tirer des deux synodes ( 2020)

Les deux derniers synodes convergent entre autres vers une précieuse leçon de vie chrétienne, qui est certes en phase avec les questions d’écologie et de justice, mais également avec l’épineuse question du cléricalisme dont les nuisances ne sont désormais que trop évidentes : deux manières d’aborder concrètement la synodalité, un terme bien nouveau avouez-le, presque un néologisme … qu’il faut convertir en action !

« Célébrer pour faire Église » : une liturgie vivifiante et vivante

Dans cet article J. Pierron se réfère à l'église Saint-Merri (ou Saint-Merry) de Paris,  près de Beaubourg et de l’Hôtel de Ville,  rue de la Verrerie et rue Saint-Martin,   où une autre façon de célébrer pour faire Église se vit depuis 1975, année où Xavier de Chalendar a eu en charge le projet « d'inventer et d'assurer une nouvelle présence d'Église. »

Brève histoire de la liturgie catholique : qu’appelle-t-on donc «Tradition» ? 

L’objectif de ce petit article (2019) est de prendre connaissance des grands traits de l’évolution de la liturgie chrétienne et surtout catholique jusqu’à celle que nous connaissons aujourd’hui pour comprendre dans quelle mesure nous avons encore le droit ou même le devoir de la faire évoluer et dans quel sens. Nous n'avons pas cherché à dire tout mais à donner les grandes lignes, (d'où le titre : "brève histoire de la liturgie") et c’est surtout la liturgie chrétienne et ensuite plus précisément catholique, autour de la Messe,  qui sera notre champ d’observation, car ce travail est destiné à notre présent voire à du futur.
C’est un enjeu dans les discussions entre les traditionnalistes ou ceux qui se réclament de la fidélité à la Tradition, et ceux qui ne sont pas traditionnalistes et se réclament de ... la fidélité à la Tradition, également...
C’est pourquoi il faut vérifier à quel moment se réfèrent les traditionalistes : à l’époque de Jésus ? À l’époque des apôtres ? Ou bien après ? Où en est-on de notre chemin ?